L’équipe de Doctopus

Doctopus est un projet associatif entièrement indépendant qui réunit des doctorants et de jeunes docteurs.


Jeanne Boisselier :

Doctorante en psychologie sociale ;

Mots clés : Discrimination ; Sexisme ; Employabilité.

« Mes travaux de recherche portent sur les inégalités sociales dans l’accès à l’emploi et aux opportunités professionnelles. Les conséquences de telles inégalités, en termes de santé, de compétences et d’employabilité perçues des travailleur.euse.s et futur.e.s travailleur.euse.s, sont de manière générale assez alarmantes.

Depuis le début de ma thèse, j’ai régulièrement pu rencontrer un sentiment d’injustice assez marqué, dans mon propre milieu professionnel. S’agit-il de discrimination ? de l’impression de devoir évoluer au quotidien dans un système inique ? d’un ressenti pur n’étant en rien fondé ?

J’imagine que répondre à cette question n’est pas simple. Quoi qu’il en soit, le ressenti lui-même est pour l’instant bien réel et mérite que l’on s’y attarde, et que l’on pose la question de ses conséquences sur la santé physique, mentale, et sur la satisfaction au travail des doctorant.e.s. »

 

 


Pierre Flores :

Doctorant en psychologie sociale et de l’éducation ;

Mots clés : Discrimination ; Intersectionnalité ; Orientation scolaire.

 

 

 


Mary Guillard :

Doctorante en psychologie de l’environnement ;

Mots clés : Risques ; Stratégies d’adaptation ; Biais cognitifs.

 

 

 


Colin Lemée :

Docteur en psychologie de l’environnement ;

Mots-clés : Qualité de vie ; Risques ; Stratégies d’adaptation.

 

 

« Lancer le projet Doctopus, c’est quelque chose que j’ai longuement réfléchi. Le doctorat quoi que l’on en dise c’est une sacrée course d’endurance et pour certains l’épreuve s’accompagne de beaucoup de souffrance, de solitude et d’incompréhension. Pourtant dès que l’on cherche à s’informer sur le sujet, on s’aperçoit qu’il n’y a rien ou presque et que personne ne travaille sur ces questions. Alors il m’a semblé essentiel d’apporter ma contribution et d’amener des gens que j’estime beaucoup à bosser là-dessus. Pas seulement pour nous, mais de le rendre accessible au plus grand nombre. Oui, ça, ça m’a semblé important. »

 


Mathilde Robert :

Docteure en psychologie de la santé ;

Mots clés :  Risques ; Qualité de vie ; Médecine nucléaire.

 

 

 


Vincent Wagner :

Docteur en psychologie clinique ;

Mots clés : Troubles addictifs ; Trajectoires de soin ; Temporalité.

 

« Pour moi, le doctorat se doit d’être un temps majeur d’apprentissage et de rencontres dans la carrière d’un jeune chercheur. Néanmoins, durant cette période, certains doctorants ressentent un mal-être marqué, accentué entre autres facteurs internes et externes par la solitude et le manque de reconnaissance. Des stratégies individuelles d’adaptation émergent et parviennent parfois à maintenir un équilibre de vie satisfaisant. Mais très régulièrement, c’est bien la santé, le bien-être et finalement l’intégrité même du doctorant qui se retrouvent menacés. Pourtant, cette population ne semble pas réellement faire l’objet d’études dédiées, alors que les doctorants représentent pourtant l’avenir de la recherche scientifique. En tant que jeune chercheur et clinicien, ayant été confronté et témoin de ces ressentis et situations de souffrance, il me paraît indispensable de prendre rapidement ce problème à bras-le-corps, avant que le prix du sacrifice ne devienne trop important … »