Les mystères du « caillé andin » ou quand le narcissisme s’invite à l’université

Doctopus vous propose d’héberger des contenus de contributeurs externes. Ici, une analyse du système d’encadrement actuel des thèses et de ses limites face au harcèlement, bonne lecture !

 

À une époque où le stress, le burn-out et le harcèlement sont de plus en plus étudiés et pris en charge dans le secteur privé (Ganster et Schaubroeck 1991; Dejours 1998; Hirigoyen 1998; Légeron 2001; Colligan et Higgins 2006; Clot 2010), le secteur universitaire, dont les doctorants constituent la base de la pyramide hiérarchique, reste encore peu étudié. Parfois soumis à des rapports conflictuels avec leur directeur de thèse, parfois abandonnés scientifiquement, souvent non financés, les doctorants peuvent se trouver « isolés » (Lhérété 2011; de Saint-Martin 2013) pour franchir les nombreuses étapes d’un « parcours du combattant » (Redon 2008). Parmi les doctorants en sciences humaines et sociales dans les universités françaises, plusieurs études font ainsi état d’un taux d’abandon d’environ 50% (voir par exemple Moguérou, Murdoch, et Paul 2003). Sans doute encouragée par un tel constat, la ministre française de l’Éducation nationale Najat-Vallaud-Belkacem a intégré dans un arrêté du 25 mai 2016 la mise en place obligatoire d’un comité de suivi individuel de thèse (CSI) pour tous les doctorants[1].

Un tel comité vise à pallier les lacunes du fonctionnement préalable, en assurant un soutien scientifique minimal au doctorant, en offrant une plate-forme d’échange idoine pour évoquer les relations avec son directeur, et en installant un garde-fou vis-à-vis d’états psychologiques extrêmes[2], aujourd’hui régulièrement désignés par l’expression « risques psychosociaux »[3]. Même si « les modalités de composition, d’organisation et de fonctionnement de ce comité sont fixées par [chaque] école doctorale », le CSI doit toujours être constitué d’au moins deux chercheurs, être propre à chaque doctorant et se réunir au minimum une fois par an.

Sans vouloir remettre en cause l’intérêt et la pertinence du CSI, cet article propose d’en étudier ses limites par l’intermédiaire d’une étude de cas fictive, développée sous la forme d’une trame principale et de plusieurs scenarii finaux. Cette étude de cas met en scène une doctorante, prénommée Maria, arrivée d’Argentine pour sa thèse, désormais en cinquième année, et un directeur de thèse, prénommé Pierre-Noël, en fin de carrière, que certains de ses collègues qualifient en riant d’un peu « égocentrique ».


[1] Arrêté fixant le cadre national de la formation et les modalités conduisant à la délivrance du diplôme national de doctorat : https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000032587086

[2] Selon les termes de l’arrêté, « [le comité de suivi de thèse] veille notamment à prévenir toute forme de conflit, de discrimination ou de harcèlement. »

[3] Au sujet des risques psychosociaux, la littérature est désormais abondante (Brillet, Sauviat, et Soufflet 2017; Lhuilier 2010; Loriol 2010; Zawieja et Guarnieri 2014; Valléry et Leduc 2014). Cette expression née dans les années 1990-2000 est l’équivalent de l’expression anglaise « occupational stress » (voir par exemple Motowidlo, Packard, et Manning 1986; Rothmann 2008; Mark et Smith 2012).

Les protagonistes

Pierre-Noël

Pierre-Noël, aujourd’hui âgé de 58 ans, est habilité à diriger des recherches depuis 1998. Il est spécialiste de la sociologie du lait, et en particulier de la sociologie du lait de vigogne. Après douze ans dans un laboratoire à l’étranger qu’il a quitté dans des conditions humainement difficiles sur lesquelles il ne s’est jamais épanché, il intègre en 2010 le laboratoire interdisciplinaire COOL (Centre Orienté vers l’Observation du Lait). Il est d’abord très apprécié et se constitue rapidement un cercle d’amis chercheurs aussi bien au COOL que dans d’autres laboratoires partenaires.

Il rassemble autour de lui une équipe de doctorants, et atteint rapidement le plafond autorisé par son école doctorale, soit dix doctorants. Ses deux premiers doctorants, que l’on ne voyait pas beaucoup au COOL, ont fait des thèses de six ans. Selon Pierre-Noël, c’est en effet le temps qu’il faut pour « tirer ses étudiants vers le haut niveau et leur enseigner la plus grande rigueur scientifique ». Ses doctorants sont, à de rares exceptions près, étrangers. Selon Pierre-Noël, le regard d’individus issus de cultures éloignées sur des animaux de montagne méconnus renouvelle les connaissances sur le lait. Ses doctorants ont tous développé leur propre financement personnel. Aucun n’a en effet reçu de bourse doctorale de l’université ou de bourse CIFRE. Pierre-Noël explique que « les recherches sociologiques sur le lait de montagne suscitent peu d’intérêt de la part des universités et de l’industrie ».

Depuis quelques temps, et même s’il garde le soutien de solides et fidèles collègues, sa réputation au sein du COOL s’effrite. Engagé dans de nombreux projets, il ne respecte pas les dates butoirs. Certes, il accepte systématiquement les sollicitations des médias (radio, télévision, journaux) pour intervenir à l’occasion de crises du lait, mais il ne développe pas ses propres projets de recherche. Il se greffe toujours à des projets menés par d’autres. Ses collaborateurs ont alors souvent le sentiment de faire le travail à sa place, et il ne jouit plus du même crédit qu’il y a quelques années, lorsque justement plusieurs de ses collègues ont orienté Maria vers Pierre-Noël.

Maria

Maria est née en 1982 à San Antonio de los Cobres en Argentine. De père indigène, et de mère d’ascendance italienne, elle est « mestiza ». Elle a grandi dans la montagne, et a rejoint Buenos Aires pour ses études supérieures. Souriante, drôle, pétillante, elle n’a aucune difficulté à s’intégrer dans la vie urbaine. Elle est brillante et, à l’issue de ses études de commerce international, s’oriente vers une thèse. Malheureusement, un an plus tard, son directeur de thèse, Alfredo Queso, décède dans un accident de voiture. Choquée, Maria préfère mettre un terme à ce projet, se marier et élever ses deux enfants.

Elle se réoriente alors vers le commerce du lait et en particulier du lait d’alpaga, animal qu’elle côtoyait régulièrement pendant son enfance. Elle monte une entreprise pour dispatcher à l’international, depuis le port de Buenos Aires, le lait issu d’un élevage d’alpagas de son village. C’est un succès.

Néanmoins, après quelques années, l’idée d’une thèse ressurgit, thèse qu’elle aimerait cette fois-ci mener sur le commerce du lait d’alpaga. Après quelques recherches sur Internet, elle découvre l’existence du COOL en France. Elle contacte plusieurs chercheurs du laboratoire, dont deux l’orientent vers Pierre-Noël. À l’époque, Pierre-Noël venait d’arriver au COOL, n’avait que deux doctorants, et était l’un des spécialistes internationaux de la sociologie du lait.

De la séduction à l’emprise

Une rencontre séduisante

Maria écrit à Pierre-Noël. Il est d’abord très réactif et répond en quelques minutes à ses premiers emails. Mise en confiance, elle décide, d’un commun accord avec son mari, de tout lâcher, y compris ses enfants, déjà adolescents. Elle part vivre en France sans ressource financière, sans réseau social, et sans parler français mais animée par une motivation profonde pour la recherche. Elle trouve un petit studio à 450€ par mois à Aubervilliers, dans une tour du quartier Quatre-chemins.

Lorsque Maria rencontre physiquement Pierre-Noël, elle continue d’être séduite. Il la met « étonnamment » à l’aise pour quelqu’un de sa renommée, et lui suggère immédiatement de le tutoyer. Il lui dit quelques mots d’espagnol et lui parle de ses propres missions en Amérique du Sud où il travaille régulièrement. Il évoque la mémoire d’Alfredo Queso, le premier directeur de thèse de Maria, qui a également été son directeur de thèse.

D’un point de vue administratif, Pierre-Noël est toujours très réactif, et lui renvoie par email en quelques minutes les fichiers dûment remplis et signés. Maria est aux anges.

Des reproches sporadiques mais récurrents

Maria demande alors à Pierre-Noël s’il a connaissance de bourses auxquelles elle pourrait prétendre, mais, « bizarrement », alors qu’il est « dans le circuit » depuis des années, Pierre-Noël lui répond qu’il ne peut pas l’aider. Sans financement institutionnel, Maria commence à travailler à côté de sa thèse en tant qu’assistante d’espagnol dans un lycée d’Aubervilliers.

Vis-à-vis des camarades du COOL, encadrés par d’autres directeurs de recherche et financés par une bourse universitaire ou une bourse CIFRE, elle ressent un manque de légitimité. Elle recherche ainsi progressivement le soutien moral de son directeur pour se sentir reconnue dans son travail de recherche. Elle lui écrit d’abord régulièrement, dans l’espoir de pouvoir discuter de l’orientation à donner à son sujet. Pendant les six premiers mois, elle réussit alors à rencontrer de temps en temps son directeur qui l’encourage cependant à développer son autonomie.

« Bizarrement », au cours du deuxième semestre, les réponses de Pierre-Noël commencent à se faire plus espacées, et il justifie progressivement sa difficulté qu’il a de la rencontrer par son engagement dans de multiples activités. Il commence à faire sentir à Maria qu’elle n’est plus sa priorité. Maria reste néanmoins relativement satisfaite de cette première année où sa revue de la littérature approfondie lui a permis de développer une vraie expertise sur le « caillé andin », au cœur de sa thèse.

Forte de ce travail, Maria repart huit mois, au cours de la deuxième année, en Argentine pour confronter théorie et pratique : entretiens, reportages photo et vidéo et observation participante. Une vraie immersion. Elle y retrouve aussi sa famille, oublie les difficultés naissantes de son suivi de thèse, et revient requinquée en France.

À son retour, Maria cherche à faire un point avec Pierre-Noël qui, « bizarrement », semble désormais esquiver Maria. Dans l’espoir de rencontrer son directeur directement au laboratoire, Maria demande des jours de congés au lycée qui l’emploie. Elle réussit ainsi à mener des discussions irrégulières avec lui lorsqu’il prend des pauses, autour de « la machine à lait », joyau du COOL, discussions dont elle se satisfait pour l’instant, même si, « bizarrement », alors qu’il gagne bien sa vie, il lui demande systématiquement de lui payer un verre de lait chaud.

La troisième année commence. Progressivement fatiguée par cette pauvreté d’échange, et dans l’impossibilité de demander plus de congés vis-à-vis de son lycée, elle s’éloigne progressivement du laboratoire, et ne demande plus de rendez-vous à Pierre-Noël. Maria s’organise seule, mais, toujours très dynamique, souhaite participer à des événements de recherche : école d’été, colloques internationaux, événements grand public du type « Ma thèse en 180 secondes ». Pour ce faire, elle a besoin de la validation de son directeur. « Bizarrement », alors que la communication et le partage d’information semblent constituer, selon Maria, le cœur de la démarche scientifique, Pierre-Noël ne l’encourage pas, bloque plusieurs de ses démarches, et l’interroge sur l’utilité de tels événements.

Quelques mois plus tard, à l’occasion d’une rencontre improvisée dans les couloirs du laboratoire, Pierre-Noël développe cependant une approche théorique du « caillé andin » qui impressionne Maria. Il lui expose un discours clair et limpide, et lui suggère même des hypothèses de travail que Maria intègre à sa réflexion. « Bizarrement », à aucun moment, il ne laisse à Maria la possibilité d’exprimer son opinion, ni ne s’intéresse à l’avancée de son travail. Maria est alors à la fois déstabilisée par ce comportement et revigorée par ces nouvelles perspectives de recherche.

Pendant sa troisième année, Maria participe finalement à plusieurs journées d’étude, rencontre d’autres doctorants issus d’autres laboratoires, et commence à trouver auprès d’eux un soutien dont elle ne jouit pas forcément de la part de son directeur. Elle repart quelques mois en Argentine pour collecter des données supplémentaires nécessaires à sa thèse, embrasser sa famille, et finaliser son terrain.

Au début de la quatrième année, elle est encore en Argentine et souhaite envoyer à l’université les documents nécessaires à sa réinscription. Pierre-Noël, dont l’aval est nécessaire, ne répond pas. Malgré plusieurs relances, Maria doit s’excuser auprès de l’administration pour le retard qu’elle aura nécessairement. Elle tente une énième relance une semaine après la date limite administrative. « Bizarrement », elle reçoit un message de la part de Pierre-Noël, qui ne s’excuse pas, mais rejette la faute sur Maria : « Je suis très étonné par le ton de ton email… C’est toi qui es absente et c’est ton inscription. Mon rôle est de signer les documents et je vais le faire cet après-midi. Et après ? Tu ne dois pas confondre la bonne volonté qui est la mienne avec une subordination. »

Maria est non seulement extrêmement déstabilisée par le contenu du message mais aussi « étonnée » de l’aspect paradoxal d’une telle réponse puisqu’il lui semble que dans la relation entre doctorant et directeur de thèse, il ne s’agit ni de « bonne volonté », ni de « subordination ». Elle se dit que son directeur est bien susceptible.

À son retour en France, elle souhaite entamer la rédaction de sa thèse. Presque écrasée par la masse de données dont elle dispose, elle se permet de recontacter son directeur en lui demandant formellement un rendez-vous pour discuter du plan et de sa problématique. Sans réponse, Maria relance Pierre-Noël qui lui répond et suggère une rencontre le lendemain jeudi à 15h. Maria, encouragée par une telle éventualité, et la possibilité de se « rabibocher », demande en urgence une journée de congé à son lycée qui la lui octroie de bon cœur. Elle passe la journée au laboratoire, et à 14h30, Pierre-Noël entre dans le bureau des doctorants qui ce jour-là sont nombreux. Il salue tout le monde, affable, souriant, blagueur. Il demande à Maria : « à quelle heure avons-nous rendez-vous déjà ? ». Il lui annonce qu’il va devoir annuler parce qu’il ne se sent pas bien et qu’il doit consulter un médecin. « Bizarrement », alors que beaucoup se seraient montrés désolés d’une telle déconvenue, Pierre-Noël ne s’excuse pas. « Étonnamment », il ne propose pas non plus d’autre rendez-vous. Il ajoute, devant les autres doctorants, dans un sourire : « Zen, tranquille, on a le temps, déstresse ! »

Pas découragée pour autant, Maria recontacte Pierre-Noël. Après tout, elle a besoin de lui, elle a besoin d’un retour scientifique sur son travail, et d’une vue globale sur son sujet que seul son directeur peut lui offrir. Après tout, il lui semble que c’est le rôle d’un directeur de thèse. Le même jeu d’absence de réponse et de relance reprend. Pierre-Noël finit par répondre et accepte un rendez-vous la semaine suivante, de nouveau jeudi à 15h, en ne manquant pas de faire remarquer que Maria est bien « tendue ». Elle redemande une journée de congés et vient au laboratoire. 15h. Personne. 15h30 toujours personne. 15h40, texto d’un camarade doctorant : « Pierre-Noël me demande de t’informer qu’il ne sera pas là ». « Bizarre ». « Pourquoi, se dit Maria, alors qu’il a mon numéro de téléphone et mon email, ne pas m’écrire directement et passer par un intermédiaire ? » Elle quitte alors le laboratoire et tombe, « étonnamment », dans une rue du quartier nez-à-nez avec son directeur attablé à une terrasse de café avec une autre doctorante.

Suite à ces multiples déconvenues, entre admiration et déception vis-à-vis de son directeur, Maria décide de travailler seule. Elle passe alors sa quatrième année entre le lycée où elle est assistante linguistique, le laboratoire, la Bibliothèque Nationale de France (BNF) et son petit studio d’Aubervilliers.

Des incohérences et une violence morale grandissantes

La cinquième année arrive. Le CSI est désormais obligatoire. Anticipant les démarches administratives à effectuer, Maria recontacte Pierre-Noël pour identifier des chercheurs qui pourraient en devenir les membres. Pierre-Noël ne répond toujours pas, et esquive le questionnement lorsque Maria et Pierre-Noël se croisent de façon impromptue au COOL. Les délais administratifs étant déjà dépassés, Pierre-Noël propose pour former le comité, à la dernière minute, l’un de ses meilleurs amis, Tom Dumorvan, et une collègue qu’il apprécie, Liv Arreau, davantage spécialistes de la sociologie du « sirop caucasien » et du « milk-shake himalayen », mais néanmoins sympathiques.

Le CSI se passe bien, Maria reçoit des conseils intéressants et se réinscrit. Maria est aussi impressionnée par la capacité de son directeur à reprendre à son compte et finalement à synthétiser les opinions de chacun, et l’impression qu’il donne d’être ainsi au-dessus de la mêlée. Malgré ses déboires, elle lui conserve une part d’admiration. À cette occasion, elle en profite pour deviser plus longuement seul à seul avec Pierre-Noël. Dès l’entrée dans son bureau et avant toute chose, il l’appelle, comme il a l’habitude de le faire, « Ma petite Maria », et lui demande : « pourrais-tu m’aider et démêler les câbles de mon ordinateur ? ». « Bizarre », « quelle demande incongrue, presque avilissante ? », se dit Maria. Plus « bizarre » encore, il demande à Maria d’imprimer sur une imprimante devant son bureau, alors qu’il pourrait le faire lui-même, le premier chapitre qu’elle lui a envoyé plusieurs mois auparavant, et au sujet duquel elle n’a toujours eu aucun retour. Pierre-Noël lui expose alors de nouveau sa vision du « caillé andin ». Il semble toujours aussi convaincant et éloquent, mais Maria « s’étonne » de l’entendre répéter le même discours et les mêmes pistes d’investigation que celles avancées deux ans plus tôt. Maria fait remarquer que ses hypothèses entrent désormais en contradiction avec les premiers résultats de son enquête. Sans plus d’explication, Pierre-Noël adopte une attitude qui déstabilise Maria en affirmant que « ce n’est pas aussi simple que ça » et que ce qu’il dit « n’est pas contradictoire ». « La méthode Coué est-elle suffisante pour que ce ne soit pas contradictoire ou n’ai-je rien compris à son raisonnement ? » se demande Maria.

Au cours de la cinquième année, Maria fait face aux doutes et aux questionnements de tout doctorant. Elle s’appuie sur son réseau de doctorants mais aucun n’a vraiment le temps de s’investir sur un sujet aussi pointu que le « caillé andin ». Seuls quelques-uns relisent des extraits de chapitre de sa thèse et lui apportent un peu de réconfort moral. Un jour, elle reçoit un email envoyé par une autre doctorante de Pierre-Noël l’informant que Pierre-Noël aimerait que Maria lui renvoie de nouveau sa thèse. « Bizarre, pourquoi encore une fois ne pas m’écrire directement ? Bizarre qui plus est de ne pas chercher dans ses emails le fichier en question ! »

Un matin, elle reçoit cette fois-ci un email directement de Pierre-Noël qui commence, comme tous ses emails, quand elle en reçoit, par « ma très chère Maria » et se termine par « amitiés sincères ». Pierre-Noël lui propose de participer à une journée d’études que lui-même organise intitulée « La vigogne dans tous ses états » et qui réunit plusieurs chercheurs spécialistes du monde entier. Maria y voit la possibilité d’un retour sur son travail de la part d’experts de disciplines variées et accepte avec plaisir la proposition. Elle prépare sa communication orale et l’envoie plusieurs semaines à l’avance à Pierre-Noël. Elle sollicite en parallèle Kamel Hidé, la référence internationale sur la sociologie des animaux de montagne à bosses, pour être son discutant. Kamel accepte par email la proposition et Maria n’a pas le temps de le remercier que Pierre-Noël a déjà exprimé, en retour d’emails, sa gratitude à Kamel. « Bizarre quand même qu’il soit si réactif vis-à-vis de Kamel et si peu vis-à-vis de ma communication », se dit Maria.

Lorsque la journée d’études a lieu, Pierre-Noël ne salue pas Maria de la matinée, mais seulement quelques secondes avant son intervention. « Bizarre, il pourrait quand même essayer de me rassurer ». Il prend alors la parole publiquement en tant que directeur de thèse, et prétend que face au stress dont Maria fait preuve et aux nombreux emails dont elle le submerge, il n’a pas pu corriger la dernière version de la présentation de Maria.

Maria est « étonnée » par la mauvaise foi dont fait soudain preuve son directeur. Il lui est d’ailleurs impossible de réagir face au gratin de la spécialité sans écorner son image de chercheuse. « Pourquoi dire que je le submerge d’emails alors que c’est lui qui m’a sollicitée, que je ne lui ai envoyé qu’une fois ma présentation et que je ne l’ai relancé qu’une seule fois ? Pourquoi exprimer un désaccord public sur ma présentation ? Mon directeur est-il en train de me soutenir ou de m’affaiblir ? À quel jeu joue-t-il ? »

L’année scolaire avance et Maria termine la rédaction de sa thèse. Maria avertit son directeur qu’elle souhaiterait soutenir bientôt et propose de réfléchir à la constitution du jury. Pierre-Noël reste muet. Maria, contrainte par le temps, se voit alors dans l’obligation de réunir de nouveau son CSI pour se réinscrire en sixième année. Dans un premier temps, seule une date semble possible, date que Maria propose trois mois plus tôt à Pierre-Noël par email. Sans réponse de sa part, elle a la chance de le rencontrer de manière fortuite. Celui-ci affirme ne pas être disponible ce jour-là. Il explique qu’il aura des cours le lendemain et qu’il devra les préparer la veille. « Bizarre quand même, se dit Maria, pourquoi ne peut-il pas anticiper la préparation de ses cours pour être disponible pour mon comité de suivi ? » Maria explique qu’elle n’a pas d’autres dates à proposer. Pierre-Noël hausse alors des épaules et s’en va. Maria est très déstabilisée par ce comportement qu’elle ne comprend pas. Finalement, elle trouve une autre date avec les membres du CSI qu’elle propose à Pierre-Noël, mais celui-ci, malgré plusieurs relances, ne lui donne plus de réponse. Elle organise alors seule son comité et écrit à son directeur la veille de l’événement pour lui exprimer la joie qu’elle aurait de le voir présent à son comité. Il la rappelle immédiatement et lui confirme « étonnamment », dans un « sourire téléphonique », que s’il ne répond pas, c’est que tout va bien, et qu’il sera bien présent. Une demi-heure avant le comité, Pierre-Noël demande à Maria par texto de lui préparer un verre de lait chaud pour le comité. « Bizarre, ne peut-il pas s’en préparer un en arrivant ? »

Le comité se déroule bien, dans le sens, où les membres confirment que la thèse est prête, mais Maria est de nouveau déstabilisée à la fois par l’assurance dont fait preuve Pierre-Noël et en même temps par les contradictions que Pierre-Noël exprime sur le fond de la thèse de Maria qu’il n’a visiblement pas lue. Il suggère de plus de ne pas la déposer tout de suite, mais d’attendre encore quelques mois pour finaliser l’écriture.

À la suite de de comité, Maria essaie de discuter avec Pierre-Noël pour comprendre les raisons pour lesquelles elle devait encore attendre. Il la fustige en disant : « ne sois donc pas si stressée », et enchaine en la menaçant insidieusement, à mots couverts, que sa thèse termine mal : « Maria, tu es très gentille, mais je crois que tu n’as pas compris la relation qu’une doctorante doit entretenir avec un directeur de thèse. Personnellement, j’ai gardé une excellente relation avec mon directeur de thèse, Alfredo Queso, et j’ai continué de le voir régulièrement jusqu’à son accident. Or, tu n’es pas sans savoir que c’est le directeur qui donne le ton d’une soutenance ». Maria se confond en excuse, mais répond que le temps passe pour elle et qu’elle a peu vu ses enfants grandir. « Bizarrement », Pierre-Noël ne s’excuse pas et explique que le temps passe pour lui aussi. Il lui promet qu’il va bientôt « rentrer » dans sa thèse, lui faire des corrections « au cordeau », mais qu’il a pour l’instant d’autres engagements. Maria le remercie pour ses promesses mais répond qu’elle n’est pas non plus payée, et que chaque mois de plus de thèse est un mois de manque à gagner sur un éventuel « post-doc ». Pierre-Noël insiste, et ajoute qu’il n’est pas non plus payé. « Bizarre quand même, se dit Maria, d’une part, il me semble que les directeurs de thèse ont des primes d’encadrement, et qui plus est, Pierre-Noël semble dans l’incapacité de comprendre ma situation ». Il conclue en disant qu’il n’est pas là pour faire du soutien psychologique. Maria se dit en elle-même : « Quel culot ! Il ne fait ni soutien psychologique, ni soutien scientifique ! ». « Bizarre, qui plus est, de me rejeter ainsi la faute, en m’accusant sournoisement d’être fragile mentalement ».

Maria finit en larmes cette journée de laquelle elle n’a obtenu ni avancée scientifique, ni avancée de calendrier.

Quatre scenarii d’épilogue : de l’assujettissement au conflit ouvert

Scenario 1 : Une emprise légitime

Maria est très croyante. « Après tout, le comportement de Pierre-Noël est sans doute justifié. De bonnes raisons doivent exister pour qu’il se comporte ainsi, et je dois m’y adapter ». Maria voit dans son directeur, depuis le début de son doctorat, une référence qu’elle doit respecter par tous les moyens, et qu’elle continue finalement d’idolâtrer. Il est légitime qu’elle se plie à ses souhaits, voire ses désirs. Le soir de cette entrevue, Pierre-Noël lui écrit d’ailleurs un texto où il lui promet que sa thèse sera excellente et va bientôt aboutir. Dans les mois qui suivent, il lui propose de la voir plus régulièrement. Les rendez-vous font peu avancer son projet de thèse, mais Pierre-Noël se montre de nouveau très affable et séduisant. Maria retrouve confiance. Elle est néanmoins surprise par les regards appuyés que son directeur lui porte désormais. Un soir, il lui propose de se rencontrer dans un bar car d’autres responsabilités l’occupent en journée. Après quelques verres, il la raccompagne chez elle. Cette scène se répètera alors plus régulièrement jusqu’à ce que Maria soit finalement contrainte d’obtenir une dernière dérogation, d’effectuer une septième année. Lorsque le CSI d’entrée en septième année a lieu, elle ne se plaint toujours pas de Pierre-Noël, comme elle n’a pas souhaité le faire lors des CSI précédents. Pierre-Noël est, à ses yeux, intouchable. Elle ne veut pas porter préjudice à un homme de qui elle ne s’autorise pas à douter. S’il doit y avoir des difficultés, elles sont de son ressort. Pierre-Noël passe alors fréquemment la nuit chez Maria qui finira par soutenir sa thèse intitulée « Les mystères du “caillé andin” » en fin de septième année.

Scenario 2 : Un isolement progressif

Maria rentre tremblante chez elle. Cela fait plus de trois ans que, pour des raisons financières et administratives, elle n’a pas vu son mari et ses enfants. Le salaire qu’elle gagne dans son lycée lui paie à peine son loyer et une partie de son alimentation. Elle a progressivement accumulé des retards de paiement et est menacée d’être expulsée à la fin du mois de septembre. D’origine argentine, elle méconnait les structures de soutien social dont elle peut bénéficier en France. Elle est, qui plus est, en attente de régularisation sur le territoire européen, puisque la préfecture n’a pas renouvelé son titre de séjour et lui a donné un rendez-vous sept mois plus tard.

Inhibée, elle n’a pas osé lors des CSI de cinquième et sixième année partager ce qu’elle vivait. Elle ne voulait pas montrer sa faiblesse à des chercheurs qui pouvaient devenir ses futurs collègues. Elle craignait également que ceux-ci ne partagent ses plaintes à Pierre-Noël, leur ami.

Maria était très discrète et intériorisait la majeure partie de ses émotions. Ces deux dernières années, elle a énormément travaillé pour sa thèse, ne prenait pas de repos le week-end, et s’est progressivement refermée et isolée. Les remarques lourdes, acerbes et répétées de Pierre-Noël l’atteignaient profondément, mais elle ne le montrait pas. Depuis plusieurs mois déjà, elle prenait des anti-dépresseurs. Le 2 octobre, les huissiers pénètrent son studio des Quatre-Chemins. Maria saute de son balcon.

Scenario 3 : Un effet boomerang

Elle a d’abord des scrupules, mais cette dernière journée a encouragé Maria à passer à la vitesse supérieure. Elle prend rendez-vous avec Maurice Zebosse le directeur de son école doctorale. Elle lui explique par le menu ses dernières années de thèse. Heureusement, Maurice ne connait pas personnellement Pierre-Noël et n’a pas d’enjeu scientifique avec lui. Il est facilement convaincu par le récit de Maria, et ils décident d’un commun accord qu’elle soutiendra sans directeur de thèse. Pour cela, il est néanmoins nécessaire d’obtenir l’aval du CSI. Maria contacte ses deux membres, Tom Dumorvan et Liv Arreau, pour les réunir le plus rapidement possible.

Tom Dumorvan, grand ami de Pierre-Noël, étonné d’une telle requête, informe immédiatement Pierre-Noël. Celui-ci lui répond froidement qu’il avait depuis longtemps des doutes au sujet de Maria, qu’il la trouvait stressée, et qu’il n’est pas étonné de découvrir aujourd’hui ce qu’il nomme un double-jeu. Tom Dumorvan informe Liv Arreau, qui se laisse convaincre. Les deux membres du CSI refusent alors, malgré la situation, de reconstituer le CSI. Ils exigent une réunion avec tous les protagonistes : Pierre-Noël, Maria, Tom Dumorvan, Liv Arreau et Maurice Zebosse. Maria est ainsi mise en minorité, et Pierre-Noël, par des réflexions savamment distillées, des mensonges effrontés et froids, use de son excellente maîtrise de la joute oratoire et de ses talents de manipulation, face à une doctorante dont le français n’est pas la langue maternelle, pour retourner la situation. Maurice se range du côté de Pierre-Noël et perd soudainement toute confiance dans le témoignage de Maria. Étant donné le conflit désormais étalé au grand jour, les membres du CSI doivent s’exprimer vis-à-vis de la possibilité pour Maria de soutenir sans directeur. Ceux-ci, par égard, amitié et respect vis-à-vis de Pierre-Noël refusent. Face à un tel affront et une telle impasse, Maria rentre en Argentine sans avoir soutenu sa thèse.

Scenario 4 : Une révélation par une intervention extérieure

Deux jours après ses larmes, Maria partage avec Pablo, un ami psychologue argentin, l’histoire de sa relation avec Pierre-Noël et en particulier le discours paradoxal et contradictoire de son directeur tenu l’avant-veille, dont l’absurdité la fait désormais rire. Pablo lui conseille de regarder un documentaire en ligne qui pourrait l’aider à sortir de sa perplexité. C’est la révélation.

Maria découvre un vaste champ de recherche sur le harcèlement au travail. Elle dévore en une semaine les ouvrages au sujet de la perversion-narcissique et, progressivement, tout s’explique : Pierre-Noël ne fait pas de science pour l’amour de la science mais pour l’amour de lui-même. Ainsi les « étonnements » dont Maria était progressivement le siège, et les « bizarreries » de réaction ou d’absence de réaction qu’elle remarquait dans l’attitude de Pierre-Noël sans les comprendre, formaient désormais un treillis cohérent.

La notion de perversion-narcissique, dont la première occurrence remonte à 1978 (Racamier 1978, 890), a été décrite au fil de ses travaux par Paul-Claude Racamier. Selon lui, « elle consiste […] en une propension active du sujet à nourrir son propre narcissisme au détriment de celui d’autrui » (Racamier 1986, 1307). Cette large définition s’exprime en pratique par une interaction qui exacerbe le rapport asymétrique de domination en mettant sur le devant de la scène l’individu pervers-narcissique et en éteignant toute affirmation de soi de la part de sa « proie ». La perversion-narcissique est une expression devenue « galvaudée » (Masingue et Devillars 2016, 279) car « un processus pervers peut être utilisé ponctuellement par chacun de nous. Cela ne devient destructeur que par la fréquence et la répétition dans le temps » (Hirigoyen 1998, 7).

Un tel comportement se traduit d’abord par la mégalomanie du pervers-narcissique. « [Ses] déclarations incantatoires séduisent l’autre, qui aurait tort de ne pas s’associer à quelqu’un à qui tout réussit » (Eiguer 2017, 68). « Le pervers narcissique utilise l’arme fatale de la séduction pour mieux assujettir sa victime » (Grebot 2007, 40). « Certains harceleurs manifestent une apparente sociabilité et sont faussement extravertis […]. Ils ne recherchent pas l’échange mais la soumission d’autrui. L’apparente socialisation se caractérise par le monopole de la parole en public, les autres jouant le rôle d’admirateurs, ou par des discours pompeux qui rabaissent l’auditoire. L’autre sert à faire briller le harceleur » (Grebot 2007, 43). Dès lors, le pervers-narcissique pousse l’individu ainsi séduit « à la faute pour pouvoir le critiquer ou le rabaisser, mais aussi pour qu’il ait une mauvaise image de lui-même » (Hirigoyen 1998, 69). « Autrui n’est […] – paradoxalement – appelé et séduit que pour être nié » (Wagner 2012, 23).

En contrepartie, le pervers-narcissique est dépourvu de toute empathie, de toute « vie émotionnelle » (Eiguer 2017, 77), « de scrupules et de sensibilité à l’égard des souffrances qu’il cause » (Eiguer 2017, 65). « La séduction perverse ne comporte aucune affectivité » (Hirigoyen 1998, 131). Il dit qu’il « [aime sa victime] » mais c’est dans le seul espoir de la faire venir sous son emprise (Eiguer 2017, 73). « La perversité [provient] d’une froide rationalité combinée à une incapacité à considérer les autres comme des êtres humains » (Hirigoyen 1998, 9). « L’autre n’est qu’un objet qui doit rester à sa place d’objet, un objet utilisable et non un sujet interactif » (Hirigoyen 1998, 96), « à […] inféoder à son entier profit narcissique » (Wagner 2012, 22). « Sa version des faits n’intéresse pas le pervers, qui refuse de l’écouter » (Hirigoyen 1998, 100). Il s’agit de « détruire l’objet pour ne pas en dépendre tout en le maîtrisant pour ne pas le perdre – ne pas s’unir et ce faisant ne pas se séparer » (Wagner 2012, 24). Le pervers-narcissique est très jaloux, susceptible et suspicieux. « Il interprète rapidement tout comme un “manque de respect” » (Eiguer 2017, 39).

Même s’il passe souvent « ses messages par autrui » (Nazare-Aga 2003), le pervers-narcissique « procède par petites touches déstabilisantes, si possible en public » (Hirigoyen 1998, 107). Son arme première est la parole et la rhétorique, d’abord pour séduire, puis pour contenir les assauts que son environnement ne manque pas de porter à son image. Le langage ne lui sert pas à partager ses émotions mais à convaincre un auditoire ou à semer le doute. « Le PN affectionne le débat d’idées et […] il est un bon argumentateur » (Eiguer 2017, 77). Il privilégie « la fonction “perlocutoire” [de l’énonciation], celle qui vise à produire un effet sur l’interlocuteur. » (Eiguer 2017, 74). « La parole […] est surinvestie au détriment des êtres » (Racamier 1986, 1308). Il utilise en particulier la manipulation oratoire pour neutraliser ou nier ses méfaits. « Le PN ne voit pas d’inconvénient à tenir des discours, qui, d’un strict point de vue logique, [sont contradictoires] » (Eiguer 2017, 68), mais dont l’argumentation est si bien ficelée qu’elle déstabilise ou convainc sa victime. « Plus souvent qu’un mensonge direct, le pervers utilise d’abord un assemblage de sous-entendus, de non-dits, destiné à créer un malentendu pour ensuite l’exploiter à son avantage » (Hirigoyen 1998, 103). « Le mensonge correspond simplement à un besoin d’ignorer ce qui va à l’encontre de son intérêt narcissique » (Hirigoyen 1998, 105).

Les conséquences pour l’objet du pervers-narcissique, c’est-à-dire autrui, sont lourdes et multiples. Face à un tel comportement, la « proie » ou la victime développe « une relation de dépendance à son égard, comme si elle acceptait d’entrer dans une forme d’esclavage » (Eiguer 2017, 66). En effet, « la séduction, au sens d’une action de conquête, vise l’établissement d’une véritable illusion où l’autre va s’égarer et se perdre. Le pervers place sa victime dans un état d’asservissement et de dépendance qui témoigne de la réalité de son appropriation. » (Grebot 2007, 40). « Répondant de sa seule nécessité, la psyché perverse contamine et enlace son objet dans un mouvement de précarisation psychique grandissante. Elle désorganise son Moi, démantelant ses soutènements narcissiques, le rend confus dans ses éprouvés émotionnels et sème le doute quant à ses perceptions. » (Wagner 2012, 23)[4]

A l’aune de ses découvertes, Maria prend rendez-vous avec Maurice Zebosse, le directeur de son école doctorale. Elle lui explique par le menu ses dernières années de thèse. Il est facilement convaincu par le récit de Maria, et ils décident d’un commun accord qu’elle soutiendra sans directeur de thèse. Pour cela, il est néanmoins nécessaire d’obtenir l’accord du CSI.

Maria prend les devants. Grâce à ses lectures, elle connait les dangers qui la guettent. Elle sait que si Pierre-Noël entre dans le jeu de la négociation, il peut à tout moment retourner les différentes parties prenantes en sa faveur. Elle prévient Maurice de cette possibilité, et écrit aux deux membres du CSI. Tom Dumorvan, comme dans le scénario 3, prévient Pierre-Noël, et une réunion avec tous les protagonistes est mise en place. Pierre-Noël rejette toute la culpabilité sur Maria, mais Maurice ne se laisse pas prendre au piège. Au contraire, il explique comment Maria n’aurait rien à gagner dans l’invention d’un tel scénario (que Pierre-Noël l’accuse d’avoir fomenté) puisque plus le temps passe, plus elle souffre financièrement, plus l’espoir de voir sa famille s’éloigne, et plus la possibilité de faire carrière dans le monde académique diminue. Elle ne peut donc avoir les torts que Pierre-Noël dénonce. Convaincus par une telle argumentation, Tom Dumorvan et Liv Arreau se désolidarisent alors soudainement de Pierre-Noël. Les membres du CSI accordent à Maria le droit de soutenir sans directeur et Maria obtient le diplôme de docteur en sociologie en soutenant sa thèse intitulée « Les mystères du “caillé andin” ».

Conclusion

Développée sous la forme d’une trame principale et de plusieurs scenarii finaux, une telle étude de cas, qui peut sembler caricaturale, constitue pourtant une situation possible, dans un secteur professionnel où la rhétorique et l’expression orale est valorisée. En effet, la perversion narcissique repousse les logiques de rapport de pouvoir à leur extrémité, et donc l’applicabilité d’un texte de loi à ses limites. Dans cette étude de cas fictive, le CSI a été impuissant (scenario 1 et 2), voire nuisible (scenario 3) pour le doctorant. Même s’il est possible de changer de direction de thèse au cours des deux premières années, le délai nécessaire à Maria pour identifier la nature du rapport entretenu avec son directeur (scenario 4) n’a pas pu lui permettre de changer de directeur en respectant les délais administratifs. Même si la mise sur un pied d’égalité de ces scenarii ne signifie pas une équiprobabilité d’occurrence, ceux-ci mettent en évidence la fragilité du CSI dans le cas d’une relation perverse-narcissique entre un directeur de thèse et son doctorant. Ils mettent aussi en évidence les conflits d’intérêt entre chercheurs et le peu de pouvoir dont le doctorant dispose finalement.

De la même façon que dans une relation de couple ou un emploi salarié, Maria était prisonnière de la situation. L’ajout d’un jeu charnel voire sexuel rend la situation d’autant plus délicate et difficile à démêler pour le doctorant et les autres parties prenantes. Sans prise de conscience, sans soutien extérieur, seule la disparition, éventuellement par la mort, de l’une des deux parties ou le deuil d’un projet de vie lourd et engageant peut permettre à l’individu concerné de s’en sortir.

Le fonctionnement des CSI, et plus généralement le soutien apporté aux doctorants par l’institution, nécessitent encore sans doute des ajustements que ce genre d’article vise à mettre en lumière. Ainsi, bien que le décret prévoie la présence du directeur de thèse dans le CSI sans l’imposer, cet article suggère d’interdire systématiquement, quelle que soit l’école doctorale, sa présence pendant le CSI. Il suggère aussi que les membres du CSI soient choisis par le doctorant lui-même afin de réduire les liens avec le directeur de thèse et la possibilité de conflits d’intérêt. Il suggère enfin des codirections de thèse, tant pour l’enrichissement scientifique que pour l’enrichissement humain.

Bibliographie

Brillet, Franck, Isabelle Sauviat, et Emilie Soufflet. 2017. Risques psychosociaux et qualité de vie au travail. Dunod.

Clot, Yves. 2010. Le travail à coeur pour en finir avec les risques psychosociaux. Paris: La Découverte.

Colligan, Thomas W., et Eileen M. Higgins. 2006. « Workplace Stress: Etiology and Consequences ». Journal of Workplace Behavioral Health 21 (2): 89‑97.

Dejours, Christophe. 1998. Souffrance en France: la banalisation de l’injustice sociale. Points 715. Paris: Seuil.

Eiguer, Alberto. 2017. Les pervers narcissiques. Que sais-je? PUF. https://www.cairn.info/les-pervers-narcissiques–9782130749493.htm.

Ganster, Daniel C., et John Schaubroeck. 1991. « Work Stress and Employee Health ». Journal of Management 17 (2): 235‑71.

Grebot, Elisabeth. 2007. Harcèlement au travail. Paris: Eyrolles.

Hirigoyen, Marie-France. 1998. Le harcèlement moral: la violence perverse au quotidien. Paris: Syros.

Légeron, Patrick. 2001. Le stress au travail. Paris: Odile Jacob.

Lhérété, Héloïse. 2011. « La solitude du thésard de fond ». Sciences Humaines 10 (230): 10.

Lhuilier, Dominique. 2010. « Les « risques psychosociaux » : entre rémanence et méconnaissance ». Nouvelle revue de psychosociologie, no 10: 11‑28.

Loriol, Marc. 2010. « Agir contre le stress et les risques psychosociaux au travail ». Regards sur l’actualité : mensuel de la vie publique en France, no 363 (août): 52‑63.

Mark, George, et Andrew P. Smith. 2012. « Effects of occupational stress, job characteristics, coping, and attributional style on the mental health and job satisfaction of university employees ». Anxiety, Stress, & Coping 25 (1): 63‑78.

Masingue, Antoine, et Luce Janin Devillars. 2016. « Les pervers narcissiques : une réalité organisationnelle ? Exploration sémantique et clinique d’un profil protéiforme de personnalité rencontré dans les organisations ». Revue internationale de psychosociologie et de gestion des comportements organisationnels HS (Supplement): 280‑304.

Moguérou, Philippe, Jake Murdoch, et Jean-Jacques Paul. 2003. « Les déterminants de l’abandon en thèse : étude à partir de l’enquête Génération 98 du Céreq ». Céreq, Série Séminaires, , 479‑90.

Motowidlo, Stephan J., John S. Packard, et Michael R. Manning. 1986. « Occupational stress: its causes and consequences for job performance. » Journal of applied psychology 71 (4): 618‑29.

Nazare-Aga, Isabelle. 2003. Les manipulateurs sont parmi nous : Qui sont-ils? Comment s’en protéger? Le Grand livre du mois.

Racamier, Paul-Claude. 1978. « Les paradoxes des schizophrènes ». Revue Française de Psychanalyse 42 (5‑6): 877‑969.

———. 1986. « Entre agonie psychique, déni psychotique et perversion narcissique ». Revue française de psychanalyse 50 (5): 1299–1309.

Redon, Marie. 2008. « Parcours de doctorants, parcours de combattants ? » EchoGéo, no 6 (juillet): 1‑18.

Rothmann, Sebastiaan. 2008. « Job satisfaction, occupational stress, burnout and work engagement as components of work-related wellbeing ». Journal of Industrial Psychology 34 (3): 11‑16.

Saint-Martin, Monique de. 2013. « Que faire des conseils (ou de l’absence de conseils) de son directeur de thèse ? » In Devenir chercheur: écrire une thèse en sciences sociales, édité par Hunsmann Moritz et Sébastien Kapp, 63‑80. Cas de figure 29. Paris: EHESS.

Valléry, Gérard, et Sylvain Leduc. 2014. Les risques psychosociaux. 2e éd. Paris: PUF.

Wagner, Chantal. 2012. « Relation d’objet dans la perversion narcissique. Se soutenir : déconstruire l’autre ». L’information psychiatrique 88 (1): 21‑28.

Zawieja, Philippe, et Franck Guarnieri. 2014. Dictionnaire des risques psychosociaux. Paris: Seuil.


4] Isabelle Nazare-Aga a proposé trente caractéristiques du manipulateur que l’on peut retrouver ici : http://isabellenazare-aga.com/les-30-caracteristiques-du-manipulateur/ et qui sont issues de son ouvrage (Nazare-Aga 2003).


3 réponses sur “Les mystères du « caillé andin » ou quand le narcissisme s’invite à l’université”

  1. Merci pour ce texte… c’est malheureusement très proche de ma situation également. Malgré toutes mes démarches auprès de l’université, le harcèlement se poursuit, à quoi s’ajoute maintenant de la violence institutionnelle ! Ce texte gagnerait à être largement diffuser, il résonnerait pour beaucoup de doctorant.e.s je pense !!
    Le traitement des doctorant.e.s est pitoyable, pas mal partout dans le monde j’ai l’impression car moi je suis au Québec.
    Merci pour votre travail !

  2. Merci pour ce texte, c’est aussi ma situation. J’ai envie de tout arrêter.
    Personne ne m’écoute et c’est vraiment horrible. Surtout : ne faites pas de thèse !!!!! Ou alors faites une enquête avant sur votre directeur. SVP ne rentrez pas dans cette spirale de manip mentale, c’est gravissime. Vous perdrez tout : votre argent, votre temps, mais surtout votre dignité et votre confiance en vous. Aujourd’hui je hais ma thèse pour tout cela, elle ne m’a apporté que des ennuis. Elle est écrite, mais il ne la lira jamais et me demande pourtant d’obéir à des ordres contradictoires sans arrêt qui n’ont aucun rapport avec mon travail. L’enfer.

    1. Bonjour Estrella,
      Je suis navré que tu te reconnaisses dans cette situation. Si jamais une aide quelconque peut être nécessaire, n’hésites pas à nous contacter par mail. 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.