Qui sont les participants ?

L’enquête diffusée par Doctopus a été remplie par 1 202 participants, avec un taux de réponses complètes de 63%. Les questionnaires non complétés ont été écartés (un peu plus de 700). Ils correspondent à des questionnaires inexploitables, ouverts mais non remplis ou abandonnés avant la fin.

La durée moyenne d’achèvement des 5 parties du questionnaire est de 17’30, avec des différences très importantes en fonction des répondants (ET = 12′).


Caractéristiques sociodémographiques et situation conjugale

L’échantillon est composé d’une majorité de femmes (63,2%, n = 758) contre 36,1% d’hommes (n = 434). 10 doctorants se sont déclarés transsexuels ou intersexués (0,8 %). Ces chiffres diffèrent largement de la répartition des doctorants en France puisque la part des femmes en doctorat en 2018 était de 44 % toutes disciplines confondues (DEPP, 2019). On peut d’ailleurs noter que la proportion de femmes en doctorat évolue peu avec le temps, elle était de 48,1 % en 2016-2017 et de 46,7 %  en 2006-2007 (Ministère de l’ESRI, 2018). En ce qui concerne la proportion de personnes transsexuels ou intersexués en doctorat, il ne semble pas exister de statistique sur le sujet.

La moyenne d’âge est de 27,57 ans (Fig.1), ce qui est légèrement en dessous de la moyenne d’âge des doctorants en France (29 ans, tous niveaux confondus) (MESRI, 2008).

Figure 1.

Si l’on s’intéresse à la situation conjugale des participants interrogés, ils sont 517 à se déclarer en union libre ou en concubinage et 207 sont mariés ou pacsés. A l’opposé, 449 participants se déclarent célibataires et 8 sont divorcés ou ont rompu un pacs. Enfin, 16 participants ont fait le choix de déclarer une “autre” situation (parmi lesquelles : polyamour, trouple) (Fig.2).

Pour autant, si une large proportion des doctorants sont en couples, ils sont très majoritairement sans enfants (88,6 %, n = 1065). A titre de comparaison, la moyenne d’âge au premier enfant est de 28,5 ans pour les femmes au sein de la population française (INSEE, 2017).

Figure 2.

 


Domaines de recherche et répartition genrée

Afin de rassembler les différentes disciplines de recherche au sein de domaines cohérents, c’est finalement la classification du Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation qui a été retenue. Elle présente en effet l’avantage de rester relativement compacte (10 domaines), intelligible et regroupe des disciplines dont les enjeux en doctorat sont relativement similaires. À ce titre, les sciences humaines et sociales tiennent peut-être lieu d’exceptions en raison de leur diversité, mais elles se regroupent tout de même sur un certain nombre de caractéristiques parmi lesquelles des financements en nombre moins importants ou une durée des doctorats plus longue. Pour autant, c’est la classification qui est à ce jour la mieux renseignée et documentée.

Une large proportion des participants de l’enquête réalisent leur doctorat en sc. humaines et sociales (n = 429; 35,7 %) suivi par la biologie, médecine et santé (n = 213; 17,7 %) et les sc. de la terre et de l’univers (n = 101; 8,4 %).  Viennent ensuite les sc. pour l’ingénieur (n = 81; 6,7 %), les sc. agronomiques (n = 79; 6,6 %), la chimie (n = 76; 6,3 %) et les sc. de la société (n = 75; 6,2 %).  Enfin, la physique (n = 57; 4,7 %), les sc. des technologies de l’information et de la communication (TIC) (n = 39; 3,2 %) et les mathématiques (n = 11; 0,9 %) sont bien moins représentées (Fig.3).

Figure 3.

Si l’on compare cet échantillon à la répartition des doctorants en France , des différences importantes apparaissent avec une sous-représentation des sc. de la société (- 12,1 %) et des sc. des TIC (- 5,8 %). Au contraire, les SHS (+ 7,2 %) et les sc. de la terre et de l’univers (+ 5,5 %) sont surreprésentées.

Tous les détails sont rapportés dans le tableau ci-dessous.

Tableau 1. Source : Moyou (2019)

En ce qui concerne la répartition genrée au sein des filières, on retrouve une majorité de femmes dans les différentes filières, à l’exception des sc. des TIC où les garçons sont majoritaires, de la physique, des mathématiques et des sc. pour l’ingénieur (Fig.4).

Figure 4.

Il n’existe pas de chiffres comparables sur l’ensemble de la population des doctorants français, pour autant on peut se référer au graphique ci-dessous qui présente le nombre de doctorats délivrés en fonction du genre (Fig.5). De nettes différences apparaissent alors entre l’échantillon de l’enquête Doctopus (généralement plus féminin) et la répartition genrée des docteurs diplômés dans les différents domaines (en 2016). Cela étant, on retrouve bien nos quatre domaines très masculins.

Figure 5.

Année d’inscription et auto-évaluation de la phase de travail

Les participants sont 27 % à être en première ou seconde année de doctorat, 46,7 % en troisième ou quatrième année, 13,2 % en 5ème année ou plus. Une minorité de l’échantillon est constituée de docteurs diplômés depuis moins d’un an (13,1%, n = 158). Par ailleurs, la grande majorité d’entre eux se situent dans un parcours de formation initiale (85,94 %, n = 1033).

On retrouve de grandes différences entre les différents domaines de recherche. Les doctorants en sc. humaines et sociales et en sc. de la société sont plus nombreux à être inscrits au-delà de la troisième année, ce qui est cohérent avec ce que l’on observe à l’échelle de la France entière avec des doctorats généralement plus longs dans ces deux domaines (MESRI, 2018).

Figure 6.

Dans le cadre de l’enquête Doctopus, une question d’auto-évaluation de la phase de travail devait permettre d’identifier de façon subjective l’avancée de la thèse, en complément de l’année d’inscription. Par ailleurs, cet indicateur considérait un cycle normal de progression (Début – Milieu – Fin – Soutenance) ainsi qu’un ensemble d’options plus négatives (Doctorat en pause / Abandon probable / Je ne sais pas) qui devait permettre d’identifier des profils problématiques.  Nous verrons par la suite qu’un tel indicateur est souvent plus intéressant que l’année d’inscription administrative.

Dans l’ensemble, une grande majorité des doctorants s’inscrivent dans un cycle de progression normal, y compris dans les sciences de la société et les SHS où ils sont plus nombreux à être inscrit au-delà de la 3ème année. Peu de doctorants se déclarent en pause / dans une dynamique d’abandon / incapable de se positionner et ce quel que soit le domaine d’études. Une seule exception, la forte proportion de doctorants en mathématiques n’ayant pas pu se positionner (réponse “Je ne sais pas”) s’explique par le faible nombre de doctorants dans cette catégorie (n = 11).

Figure 7.

Si l’on considère le même indicateur en fonction du genre, les doctorants et doctorantes présentent un profil très similaire (Fig.8)

Figure 8.

Financement du doctorat

En ce qui concerne les différents modes de financement du doctorat, une majorité de l’échantillon bénéficie d’un financement dédié pour sa thèse, qu’il s’agisse d’une allocation d’un organisme public (53,8 %), d’une convention CIFRe (8,6 %) ou d’un autre financement de thèse (21,4 %). Ces chiffres correspondent à ce que l’on observe sur l’ensemble de la population des doctorants français avec de très légères variations (respectivement 51 %; 9%; 16 %) (voir détails dans le tableau 2).

En ce qui concerne les doctorants qui réalisent leur thèse au moyen d’autres financements, ceux-ci cumulent souvent plusieurs sources de revenus. Tous types d’emplois confondus (plein temps et temps partiel), ils sont ainsi 13,3 % à travailler pour financer leurs études dont 4,5 % qui exercent un travail à plein temps. Dans le même temps, 9,2 % des doctorants interrogés déclarent financer leur doctorat au moyen de leurs allocations Pôle Emploi et 6,8 % grâce à l’aide financière de leurs proches.

Tableau 2.

Si l’on examine les sources principales de financement par domaine, on observe que ce sont en sc. de la société et en SHS que les doctorants sont les plus nombreux à financer leur doctorat par un travail (à temps complet ou mi-temps) ou par une autre source de revenus (Fig. 9), ce qui correspond bien aux tendances observées à l’échelle française.

Figure 9.

Pour autant, une comparaison attentive de l’échantillon de l’enquête Doctopus avec les données disponibles (MESRI, 2016) révèle que l’enquête Doctopus comprend une proportion plus importante de doctorants financés dans les sc. de la société et les sc. humaines et sociales que ce que l’on observe au niveau national. En effet, moins d’un doctorant sur deux reçoit un financement dédié pour sa thèse dans ces deux disciplines (42 % de financement dédié en sc. de la société ; 38% en sc. humaines et sociales) et un tiers d’entre eux ne dispose pas d’un revenu régulier (tableau 3).

Tableau  3.

En conclusion

Si un nombre important de doctorants ont répondu à l’enquête de Doctopus sur la Satisfaction au travail et la Santé, on observe que celle-ci a touché davantage de doctorantes que de doctorants, davantage dans les SHS que dans les sc. de la société et les sc. de l’ingénieur, et qu’une part plus importante de doctorants financés ont répondu à l’enquête. Une méthode de redressement de l’échantillon par pondération sur ces deux variables (genre et disciplines) sera donc privilégiée afin de mettre en évidence des tendances au sein de la population interrogée.

Par ailleurs, les données à l’échelle nationale portent parfois sur les doctorats soutenus et non sur l’ensemble des doctorants et elles ne peuvent pas toujours se superposer aux données recueillies. Une lecture prudente des données reste donc nécessaire.


Références

Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance (DEPP) (2019). Repères et références statistiques. Disponible : ici

Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques (INSEE) (2017). INSEE Première n°1642 Disponible : ici

Ministère de l’ESRI (2018). L’état de l’emploi scientifique en France, Rapport 2018. Disponible : ici

Moyou, E. (2019). Effectifs des étudiants en doctorat en France en 2018, par disciplines. Disponible : ici